Monologue littéraire

Pour tout ce qui ne concerne pas les transports, blagues, espace de détente :D
Avatar de l’utilisateur
Yann
Administrateur du site
 
Messages: 3204
Inscription: Jeu 8 Juil 2010 23:49
Localisation: Ozoir-la-Ferrière (77)
Aya de Yopougon Tomes 1 à 6 de Marguerite Abouet & Clément Oubrière



Voilà la BD que j'aime ! Direction la Côte-d'Ivoire pour suivre la belle Aya. AU fil des différents tomes de la série, on découvre le personnage de l'héroïne, infiniment attachant, et de tous ceux qui l'entourent.
L'auteur est ivoirienne et le dessinateur français, ce qui donne un point de vue particulier et un univers haut en couleurs mais qui nous parle. J'ai adoré le regard acidulé sur la France et son accueil des immigrés. Mais surtout, ce sont des moments de pur bonheur au milieu des palabres et de toutes ces expressions colorées au bon goût d'Afrique.

Yann :wink:
"Happiness only real when shared" Chris McCandless
"Ma religion, c'est l'amour" Guy Gilbert

Avatar de l’utilisateur
Yann
Administrateur du site
 
Messages: 3204
Inscription: Jeu 8 Juil 2010 23:49
Localisation: Ozoir-la-Ferrière (77)
Compagnie K [Company K] de William March



La grande guerre vue par les américains, encore une autre manière d'aborder le conflit. Et ce texte, original dans sa structure, l'est aussi dans sa vision de la guerre. Je m'attendais à un livre glorifiant les héros, une partition que savent bien jouer les américains. Mais c'est plutôt le côté sombre du soldat que l'auteur a voulu faire ressortir, notamment autour d'une histoire de prisonniers exécutés.
Un roman très noir donc, on sent tout le poids de ces blessures morales et physiques que les soldats ont rapportées d'Europe.

Yann :wink:
"Happiness only real when shared" Chris McCandless
"Ma religion, c'est l'amour" Guy Gilbert

Avatar de l’utilisateur
Yann
Administrateur du site
 
Messages: 3204
Inscription: Jeu 8 Juil 2010 23:49
Localisation: Ozoir-la-Ferrière (77)
La table du roi de Bernard Clavel (version audio)



Un huis-clos étrange, à bord d'une péniche sur le Rhône en plein milieu des 100 jours (le retour de Napoléon en 1815). Le fleuve sert alors de frontière entre royalistes et fidèles de l'empereur. Les mariniers, plutôt républicains, et leur bateau, amarré sur un rocher alors que le Rhône est déchaîné, se retrouvent au centre d'un affrontement entre les deux factions. A travers des règlements de compte des uns avec les autres, c'est tout un pays divisé par les aspirations de chacun qui se concentre en un point d'éclatement.
Intéressant, mais pas suffisamment développé à mon goût.

Yann :wink:
"Happiness only real when shared" Chris McCandless
"Ma religion, c'est l'amour" Guy Gilbert

Avatar de l’utilisateur
Yann
Administrateur du site
 
Messages: 3204
Inscription: Jeu 8 Juil 2010 23:49
Localisation: Ozoir-la-Ferrière (77)
Les âmes grises de Philippe Claudel



Retour à la première guerre mondiale, mais cette fois, elle sert uniquement de toile de fond à ce roman, qui s'intéresse plutôt à la façon (entre autres) dont l'arrière continue à tourner malgré tout, et en particulier la machine judiciaire.
Une œuvre assez singulière, qui navigue dans ces eaux pas toujours limpides où flottent les âmes humaines, et dont la guerre vient mettre en exergue ses hauteurs et ses tréfonds. Un roman riche, bien mené et porteur d'émotions palpables.

Yann :wink:
"Happiness only real when shared" Chris McCandless
"Ma religion, c'est l'amour" Guy Gilbert

Avatar de l’utilisateur
Yann
Administrateur du site
 
Messages: 3204
Inscription: Jeu 8 Juil 2010 23:49
Localisation: Ozoir-la-Ferrière (77)
Loin des mosquées d'Armel Job



Un petit bouquin sympa, qui évoque les traditions socio-culturelles dans les communautés immigrées, ici les Turcs de Belgique. Avec en plus comme personnage principal un croque-mort, accompagné de son beau-frère handicapé mental, ça donne un mélange étonnant qui met en lumière un certain nombre de difficultés dans ces communautés, même si ça manque, à mon goût, d'approfondissement.

Yann :wink:
"Happiness only real when shared" Chris McCandless
"Ma religion, c'est l'amour" Guy Gilbert

Avatar de l’utilisateur
Yann
Administrateur du site
 
Messages: 3204
Inscription: Jeu 8 Juil 2010 23:49
Localisation: Ozoir-la-Ferrière (77)
L'énigme du retour de Dany Laferrière (version audio)

Image

Plus qu'un roman, c'est une profonde réflexion sur la notion de retour au pays. Dany Laferrière, haïtien exilé au Canada, retourne dans son île à l'occasion de la mort de son père.
Une partie est consacrée à ses réflexions et ses émotions quand il apprend la nouvelle puis se rend à New-York où son père vivait, exilé lui aussi.
La seconde partie concerne son séjour en Haïti, ses rencontres, ses souvenirs d'enfance et de jeunesse, les liens avec sa famille restée là-bas, l'état de ce pays où semble se concentrer toutes les misères du monde.
Je l'ai écouté en version audio, lue par l'auteur lui-même avec son accent créole où pointe un soupçon de québécois : un vrai régal pour les oreilles et pour l'esprit ! :D
Un livre très touchant car il s'approche de zones sensibles et en même temps relativement optimiste.

Yann :wink:
"Happiness only real when shared" Chris McCandless
"Ma religion, c'est l'amour" Guy Gilbert

Avatar de l’utilisateur
Yann
Administrateur du site
 
Messages: 3204
Inscription: Jeu 8 Juil 2010 23:49
Localisation: Ozoir-la-Ferrière (77)
L'année de la pensée magique [The year of the magical thinking] de Joan Didion



Voilà un très beau texte sur le deuil. L'auteur, Joan Didion, nous raconte le sien après la mort de son mari et des années de vie commune. C'est à la fois très intime, très personnel mais d'une portée universelle. Forcément, la mort on y est tous confrontés un jour ou l'autre. Mais ce livre n'est pas une leçon qui donnerait la recette du "comment réussir son deuil". C'est une véritable réflexion sur la notion de l'autre dans notre vie.
C'est aussi un travail littéraire intense, voire philosophique mais qui va plus loin qu'un simple exercice intellectuel froid et dénué d'émotion. Si certains ont le verbe facile pour déverser leurs sentiments, Joan Didion est tout en retenue, ses larmes peuvent paraître dénuées d'intensité mais j'ai ressenti une émotion profonde, qui ne s'agite pas à tous les vents mais cherche à se montrer dans son humilité.

Yann :wink:
"Happiness only real when shared" Chris McCandless
"Ma religion, c'est l'amour" Guy Gilbert

Avatar de l’utilisateur
Yann
Administrateur du site
 
Messages: 3204
Inscription: Jeu 8 Juil 2010 23:49
Localisation: Ozoir-la-Ferrière (77)
Némésis [Nemesis] de Philip Roth



Je me plonge à nouveau dans la communauté juive américaine avec ce livre fascinant même s'il est assez triste (ce n'est pas le bon mot, mais je n'arrive pas à trouver un terme qui désigne à la fois une situation sans attrait, morne, fataliste tout en étant relativement neutre...).
Sur fond de seconde guerre mondiale, on suit la lente dérive d'un jeune prof de gym suite à l'arrivée d'une épidémie de polio. Ce qui est intéressant, c'est la manière dont celui-ci va endosser le poids des souffrances de ses élèves et de son entourage, et se construire petit à petit sa "Némésis", se forger son destin de porteur de croix pour l'éternité. Un style toujours aussi précis, parfois glacial mais qui sait trouver le juste équilibre pour rester un roman réaliste.

Yann :wink:
"Happiness only real when shared" Chris McCandless
"Ma religion, c'est l'amour" Guy Gilbert

Avatar de l’utilisateur
Yann
Administrateur du site
 
Messages: 3204
Inscription: Jeu 8 Juil 2010 23:49
Localisation: Ozoir-la-Ferrière (77)
Le seigneur des porcheries [Lord of the barnyard] de Tristan Egolf



Encore un livre choc ! Le point de vue choisi par l'auteur : se mettre au cul des États-Unis et attendre de voir ce qui en sort. Mieux, que se passe-t-il si on bouche la sortie ?
J'ai tout adoré dans ce bouquin : le style, acerbe et cynique avec un vocabulaire unique, l'auteur ayant recréé une société avec ses propres expressions ; les personnages, des anti-héros parfaits à toutes les échelles de la communauté, depuis l'éboueur jusqu'aux notables en passant par les immigrés et la classe moyenne ; l'envers du rêve américain par les déchets qu'elle produit, aussi bien ce que rejette physiquement de cette consommation à outrance que les ordures humaines et les marginaux, ceux qui refusent de se plier à la violence de ce système consumériste et inique.
Encore une de ces œuvres uniques et inclassables qui me font kiffer la littérature, un œil lucide sur le monde que seul un vrai artiste, torturé et fêlé peut produire.

Yann :wink:
"Happiness only real when shared" Chris McCandless
"Ma religion, c'est l'amour" Guy Gilbert

Précédente

Retourner vers "Au terminus"

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 non inscrits