Monologue littéraire

Pour tout ce qui ne concerne pas les transports, blagues, espace de détente :D
Avatar de l’utilisateur
Yann
Administrateur du site
 
Messages: 3351
Inscription: Jeu 8 Juil 2010 23:49
Localisation: Ozoir-la-Ferrière (77)
Le monument de Claude Duneton



La guerre de 14, forcément, on en parle beaucoup en ce moment. De nombreux ouvrages sont sortis ou ressortis à cette occasion, ce qui ne pouvait pas laisser indifférent le passionné d'histoire que je suis.
J'avais déjà repéré ce bouquin dans une librairie et l'avais inscrit dans ma liste des livres à lire, lorsqu'une amie me l'a prêté en me disant que c'était formidable. Et bien, elle avait raison !
L'auteur, originaire de Corrèze, a décidé de raconter la guerre de ceux de son village, ceux qui ont combattu avec son père mais qui y sont restés, et ont eu le "privilège" de figurer sur le monument au mort local.
C'est un travail de longue haleine qui a produit ce livre, à mi-chemin entre l'essai et le roman, et qui raconte à merveille les horreurs que ces jeunes paysans, pour la plupart, ont découvert dans ce Nord hostile. Un témoignage sincère sur les ravages de la guerre et la noirceur de l'Homme, mais aussi et surtout une ode à la vie, aux choses simples du quotidien que rien ne devrait entraver.

Yann :wink:
"Happiness only real when shared" Chris McCandless
"Ma religion, c'est l'amour" Guy Gilbert

Avatar de l’utilisateur
Yann
Administrateur du site
 
Messages: 3351
Inscription: Jeu 8 Juil 2010 23:49
Localisation: Ozoir-la-Ferrière (77)
Grâce et dénuement d'Alice Ferney

Image

Alice Ferney nous emmène à la découverte d'un monde inconnu. Non, ce n'est pas de la Science-Fiction, c'est juste l'univers décalé des gitans. Dès le début du livre, on a l'impression d'être dans un monde parallèle. Ils vivent à côté de nous, pourtant, c'est une autre planète, une autre vie, d'autres codes. Une telle inadéquation entre deux modes d'existence semble impossible à résoudre, telles deux ondes en opposition de phase.
Mais la grandeur de l'être humain se trouve dans le simple tréfonds de son âme, ce sentiment pur d'appartenir à la même espèce qui crée ce lien invisible que l'on tend entre deux personnes, ces yeux qui disent la même chose et ces mots, surtout ces mots, qui sèment les graines de la réconciliation.

Sublime ! :)

Elle s'installa dans sa voiture. Malgré cette absence inhabituelle, elle ne s'inquiéta pas. Elle apportait de nouveaux livres et les feuilleta en attendant. Il y a des jours d'ardeur : Esther avait envie ce matin-là de lire, d'expliquer, envie de parler comme on a lorsqu'on ressent avec plus d'acuité l'étonnement d'être et l'impression (toujours fausse) de savoir comment s'y prendre. Elle attendit. " Une sombre forêt de sapins se hérissait de chaque côté du cours d'eau gelée." Les enfants allaient adorer cette histoire. Elle lisait au hasard des pages en se réjouissant. "Les hommes cheminèrent sans parler à travers le monde des grands gels. Le silence n'était rompu que par les hurlements de leurs poursuivants, qui rôdaient, invisibles, sur leurs traces." Il y avait un secret au cœur des mots. Il suffisait de lire pour entendre et voir, et l'on n'avait que du papier entre les mains. Il y avait dans les mots des images et des bruits, la place de nos peurs et de quoi nourrir nos cœurs.Elle ne s'arrêtait plus de lire.


Yann :wink:
"Happiness only real when shared" Chris McCandless
"Ma religion, c'est l'amour" Guy Gilbert

Avatar de l’utilisateur
Yann
Administrateur du site
 
Messages: 3351
Inscription: Jeu 8 Juil 2010 23:49
Localisation: Ozoir-la-Ferrière (77)
La différence invisible de Julie Dachez & Mademoiselle Caroline



Voilà encore une très belle bande dessinée, centrée sur l'autisme, et en particulier la forme dite d'Asperger.
En effet, les personnes atteintes de ce trouble, et Julie Dachez en fait partie, ne montrent pas des signes évidents de cette différence. Et c'est pour cela, notamment chez les femmes, qu'il est assez difficile à détecter. Au fil des pages et des émouvants dessins de Mademoiselle Caroline, on découvre à travers l'histoire de l'auteur en quoi consiste cette différence, ses conséquences sur la vie quotidienne, le boulot, les relations avec les amis, les amours, ...
J'ai adoré ce livre, sincère et lucide mais aussi plein de tendresse et d'espoir, rempli de toutes ces belles choses que la vie offre.

Yann :wink:
"Happiness only real when shared" Chris McCandless
"Ma religion, c'est l'amour" Guy Gilbert

Avatar de l’utilisateur
Yann
Administrateur du site
 
Messages: 3351
Inscription: Jeu 8 Juil 2010 23:49
Localisation: Ozoir-la-Ferrière (77)
Au nom de tous les miens de Martin Gray & Max Gallo



Je ne sais plus comment j'ai découvert ce livre, probablement via Babelio car ma bibliothèque en ligne contient déjà pas mal d'ouvrages autour du même thème.
Un livre relativement connu il y a 30 ans, notamment grâce au film éponyme, mais qui semble être retombé dans l'oubli. Pourtant ce témoignage d'un rescapé de la Shoah, romancé par la belle plume de Max Gallo, est absolument fascinant.
Car d'une part, la personnalité de Martin Gray fait que l'on ne peut qu'être impressionnés par sa volonté de vivre et de survivre à tout prix, comme si son témoignage parvenait à faire revivre un peu tous les siens. Ensuite, car son destin hors norme, balayé par deux tempêtes difficilement surmontable, est digne de n'importe quel héros de roman d'aventures. Et puis surtout car, une nouvelle fois, son récit démontre cet inimaginable, cet indicible que l'Homme est capable de produire à des fins bien difficile à saisir.

Yann :wink:
"Happiness only real when shared" Chris McCandless
"Ma religion, c'est l'amour" Guy Gilbert

Avatar de l’utilisateur
Yann
Administrateur du site
 
Messages: 3351
Inscription: Jeu 8 Juil 2010 23:49
Localisation: Ozoir-la-Ferrière (77)
Ce n'est pas toi que j'attendais de Fabien Toulmé



Je reste dans le domaine du roman graphique, avec cette BD dont le style est relativement proche de celui de Guy Delisle. Dans ce livre, l'auteur nous raconte l'arrivée de sa fille atteinte de trisomie 21. Depuis la grossesses jusqu'aux premiers pas, on suit le cheminement de la famille autour de cet évènement qui bouleverse leur vie mais qui en même temps permet de se poser de bonnes questions sur le sens de l'existence.
J'ai bien aimé la lucidité et la franchise de l'auteur qui ne cache pas ses peurs, voire ses répulsions à l'arrivée du bébé et puis toutes les remises en question qui lui permettent finalement d'accepter et d'aimer sa fille.
Un livre très émouvant.

Yann :wink:
"Happiness only real when shared" Chris McCandless
"Ma religion, c'est l'amour" Guy Gilbert

Avatar de l’utilisateur
Yann
Administrateur du site
 
Messages: 3351
Inscription: Jeu 8 Juil 2010 23:49
Localisation: Ozoir-la-Ferrière (77)
Trois ombres de Cyril Pedrosa



Chez Cyril Pedrosa, le style est radicalement différent de ce que j'ai lu précédemment. On dirait qu'il dessine avec du vent et de la boue, chaque trait est rempli d'émotion, parfois douce, parfois violente.
On retrouve ici tous les ingrédients pour faire de ce conte, à la fois moderne et classique, une belle histoire.

Yann :wink:
"Happiness only real when shared" Chris McCandless
"Ma religion, c'est l'amour" Guy Gilbert

Avatar de l’utilisateur
Yann
Administrateur du site
 
Messages: 3351
Inscription: Jeu 8 Juil 2010 23:49
Localisation: Ozoir-la-Ferrière (77)
L'hypnotiseur [Hypnotisören] de Lars Kepler (version audio)

Image

Nouvel essai dans le domaine du roman policier et nouvel échec. Je n'ai pas accroché à cette histoire complexe, qui comporte des éléments intéressants mais trop d'approximations (à mon goût) et un manque de cohérence. Dommage...

Yann :wink:
"Happiness only real when shared" Chris McCandless
"Ma religion, c'est l'amour" Guy Gilbert

Avatar de l’utilisateur
Yann
Administrateur du site
 
Messages: 3351
Inscription: Jeu 8 Juil 2010 23:49
Localisation: Ozoir-la-Ferrière (77)
Fictions [Ficciones] de Jorge Luis Borges

Image

Cette œuvre classique est en fait un recueil de nouvelles et repose sur le même thème, à savoir quelle est la frontière entre réel et fiction en littérature.
Car ce livre ne se lit pas vraiment comme un roman, c'est plutôt un exercice littéraire auquel s'est livre l'auteur. On décortique, nouvelle après nouvelle, les différents outils mis en œuvre pour nous faire réfléchir au thème de l'imaginaire et du livre en tant qu'objet de fiction.
Intéressant, mais comme d'habitude avec les nouvelles, j'ai du mal à capter leur essence, trop volatile à mon goût, et du coup je suis frustré de ne pas pouvoir constituer un ensemble cohérent. Ça mériterait donc une relecture...

Yann :wink:
"Happiness only real when shared" Chris McCandless
"Ma religion, c'est l'amour" Guy Gilbert

Avatar de l’utilisateur
Yann
Administrateur du site
 
Messages: 3351
Inscription: Jeu 8 Juil 2010 23:49
Localisation: Ozoir-la-Ferrière (77)
Suite à la perte d'un certains nombres de messages du forum, j'ai hésité à poursuivre cette chronique. Je me replongeais souvent dans les anciens messages, pour y trouver de l'inspiration, relire ce que j'avais écrit sur tel ou tel livre ou retrouver les quelques avis et recommandations d'autres membre.
Entre Grâce et dénuement, et La différence invisible, ce sont environ 160 critiques que j'ai perdu, dont une dizaine qui me tenaient à cœur, et que je n'avait évidemment pas sauvegardées...
Tant pis, ça m'apprendra ! :evil:

Au passage, j'en profite pour rappeler que cette rubrique est ouverte à tout le monde. Chacun peut parler de ses lectures, même si c'est juste pour écrire deux mots :D

Yann :wink:
"Happiness only real when shared" Chris McCandless
"Ma religion, c'est l'amour" Guy Gilbert

Avatar de l’utilisateur
Yann
Administrateur du site
 
Messages: 3351
Inscription: Jeu 8 Juil 2010 23:49
Localisation: Ozoir-la-Ferrière (77)
Les cahiers d'Esther de Riad Sattouf



J'ai découvert Riad Sattouf avec L'Arabe du futur, et j'ai bien apprécié son style. Du coup, j'ai continué dans cette veine.
Cet album est en fait une compilation de pages publiées pendant un an dans un hebdomadaire, où l'auteur raconte le quotidien d'une fille de 10 ans, Esther. D'après ce que j'ai lu, il s'agit de la fille d'un de ses amis, qui lui raconte sa vie à l'école, à la maison, en colonie.
Le résultat est un portrait plutôt saisissant de la jeunesse actuelle (c'est facile pour moi de comparer avec ce que me raconte ma fille, qui a un an de plus), souvent très drôle, parfois cruel et cynique.
Esther est dans une école privée à Paris, mais on se rend vite compte qu'ici comme ailleurs, on trouve les mêmes jeux, les mêmes lois, les mêmes problèmes. J'adore trouver ce genre de permanences, indépendantes du temps et de l'espace. Seul le pouvoir de l'argent rend les choses encore plus terribles...
Et surtout, il ne faut pas se leurrer sur les enfants, ils en savent beaucoup plus qu'on ne pense ! :o

L'auteur a prévu de continuer cette chronique jusqu'aux 18 ans d'Esther, un projet très intéressant que je vais suivre bien entendu (le volume 2 vient de sortir).

Yann :wink:
"Happiness only real when shared" Chris McCandless
"Ma religion, c'est l'amour" Guy Gilbert

PrécédenteSuivante

Retourner vers "Au terminus"

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 non inscrit