Enigmes à résoudre

Pour tout ce qui ne concerne pas les transports, blagues, espace de détente :D
Avatar de l’utilisateur
Gilligan
Modérateur
 
Messages: 3573
Inscription: Mer 7 Juil 2010 22:28
Localisation: Bordeaux, France
Bonjour,
il n'y a pas de piège :evil: mais chaque mot de la question est important !
avatar : Gilligan
albums de photos

l'ancien
 
Messages: 106
Inscription: Sam 18 Sep 2010 21:42
Bonjour

je tente le boeing 747

Avatar de l’utilisateur
Gilligan
Modérateur
 
Messages: 3573
Inscription: Mer 7 Juil 2010 22:28
Localisation: Bordeaux, France
Le 747 et les Concorde (les deux prototypes 001 et 002) ont effectués tous deux leurs premiers vols en 1969 et sont venus cette année-là au Salon du Bourget, une année exceptionnelle (avec également le C5 Galaxy). Le Concorde 001 avait fait une remontée des Champs-Elysées à 500 m d'altitude avant de se poser au Bourget, question de prestige, car un appareil expérimental avec à peine 14 vols à son actif qui survole la capitale, c'est bien de la politique, un peu au mépris des règles de sécurité. Je n'ai pas vu ce survol de Paris par le magnifique oiseau, mais j'ai été impressionné par les passages à basse altitude au Bourget au-dessus de nos têtes du 747 : gigantesque et silencieux, ce qui n'était pas encore trop le cas des avions civils jusque-là.

Fin de la digression. Ces deux appareils ont effectivement franchi le mur du son (plus de détails à la fin de l'énigme), mais ce n'est pas la bonne réponse.
avatar : Gilligan
albums de photos

l'ancien
 
Messages: 106
Inscription: Sam 18 Sep 2010 21:42
J'essaie à nouveau le Douglas DC 8 le 21 Aout 1961

Avatar de l’utilisateur
Asso BusParisiens
yves_de_paris
Asso BusParisiens
 
Messages: 3029
Inscription: Mer 7 Juil 2010 21:11
Localisation: Paris 19ème
Gilligan a écrit:Le 747 et les Concorde (les deux prototypes 001 et 002) ont effectués tous deux leurs premiers vols en 1969 et sont venus cette année-là au Salon du Bourget, une année exceptionnelle (avec également le C5 Galaxy). Le Concorde 001 avait fait une remontée des Champs-Elysées à 500 m d'altitude avant de se poser au Bourget, question de prestige, car un appareil expérimental avec à peine 14 vols à son actif qui survole la capitale, c'est bien de la politique, un peu au mépris des règles de sécurité. Je n'ai pas vu ce survol de Paris par le magnifique oiseau, mais j'ai été impressionné par les passages à basse altitude au Bourget au-dessus de nos têtes du 747 : gigantesque et silencieux, ce qui n'était pas encore trop le cas des avions civils jusque-là.

Fin de la digression. Ces deux appareils ont effectivement franchi le mur du son (plus de détails à la fin de l'énigme), mais ce n'est pas la bonne réponse.


Bonjour à tous,

le Boeing 747 n'était si silencieux que çà, surtout les premiers exemplaires !
Visitez ce site : http://www.parimagine.fr

Avatar de l’utilisateur
Gilligan
Modérateur
 
Messages: 3573
Inscription: Mer 7 Juil 2010 22:28
Localisation: Bordeaux, France
Bravo l'ancien !

C'est en effet le premier Douglas DC-8-43 immatriculé N9604Z de la compagnie Canadian Pacific qui a atteint Mach 1,012 ce jour-là lors d'un des vols d'essais avant la livraison à la compagnie. La série 40 des DC-8 (d'où le "43") avait une voilure légèrement agrandie par rapport aux modèles des séries précédentes et surtout de nouveaux réacteurs, en l'occurrence des Rolls Royce, dit "turbofans", plus puissants, économiques et moins polluants (pour l'époque) que les réacteurs '"turbojets") utilisés jusqu'alors. La voilure devait être testée jusqu'à Mach 0,97, mais l'équipage est allé au-delà. Partant d'une altitude de 52 000 pieds, un peu plus de 15 km, ce qui, avec la charge embarquée, était déjà un nouveau record, l'appareil a atteint Mach 1,012 à l'altitude de 41 000 pieds, soit 1 056 km/h. Pendant toute cette phase du vol, les réacteurs ont tourné au régime utilisé normalement pour le décollage. Ce qui est remarquable, c'est que ce DC-8 était un appareil de série nullement modifié. En tant que jet subsonique, il n'a pas fait carrière à cette vitesse!

Maintenant le classement :
n°1 - 21 août 1961 - Douglas DC-8
n°2 - 5 juin 1969 - Tupolev Tu-144
n°3 - 1er octobre 1969 - Concorde

Bien entendu, seuls le TU-144, dont la carrière a été brève, et le Concorde ont une une vie commerciale et ont été conçus dès le départ pour des vols supersoniques et le Tupolev a réussi à battre de vitesse, c'est le cas de le dire, le Concorde, ne serait-ce que de quelques mois.

Quant aux autres candidats, on ne peut retenir que le 747 (avec un doute) et le 727 car c'est documenté par la NTSB (National Transport Safety Board), mais tous deux lors d'incidents de vols :

n°4 - 4 avril 1979 - 727 de la TWA - déploiement involontaire d'un volet d'attaque sur une des ailes entraînant une plongée en spirale depuis l'altitude de croisière (39 000 pieds) jusqu'à entre 5 et 8 000 pieds dépassant la vitesse du son aux altitudes considérées. Après réparation, le 727 a repris du service.
n°5 - 19 février 1985 - 747SP de China Airlines - En route, à 41 000 pieds, le réacteur n°4 s'arrête (c'est celui le plus à l'extérieur sur l'aile droite), l'équipage entame la procédure de re-démarrage, mais incorrectement. Résultat, perte de contrôle, un tonneau complet et une chute de 30 000 pieds en 2 minutes à un angle atteignant 60°. Lors de cet incident, le 747 a dépassé deux fois largement Mach 0,92 et il a été estimé que le mur du son a été franchi.

yves-de-paris,
Bonjour à tous,

le Boeing 747 n'était si silencieux que çà, surtout les premiers exemplaires !


Effectivement, les premiers exemplaires équipés de JT9D-3 étaient bruyants au décollage (à cause de l'injection d'eau pour augmenter la puissance) et à l'atterrissage (de par la première mouture du rétro-freinage). Cela a été remédié des les années 70 par suppression de l'injection d'eau et des modifications techniques des nacelles des réacteurs.

Quelques chiffres pour le 747-100 (la première série, étude de la FAA du début des années 70 afin de définir les nouvelles normes de bruit) :
décollage = 115,0 dB
approche = 113,6 dB
latéral = 101,9 dB
soit des valeurs très proches de celles des 707, 727, 737, DC-8 et DC-9 les plus récents de l'époque.

En 2009, l'aéroport de Los Angeles a comparé le B744 (Boeing 747-400) et l'A380 dans de nombreux cas de figure, dont j'extrais les deux suivants :
- lors de décollages pour des vols long-courriers en 35 mesures par type d'appareil et par poste de mesure (7 emplacements)
B744 : 79 à 106 dB
A380 : 73 à 100 dB
- lors d'atterrissages en 42 mesures par type d'appareil et par poste de mesure (12 emplacements)
B744 : 77 à 92 dB
A380 : 74 à 89 dB
Les postes de mesure étaient à une distance de la piste de l'ordre de 500 pieds.

Ce qui m'amène à une question, qui est un peu une énigme pour moi et à laquelle je n'ai pas ou peu de réponses :
- existe-t-il quelque part une cartographie sonore des autobus, trolleybus, tramways ? (Je vais poser la question dans la rubrique adéquate).

Et je laisse la place...
avatar : Gilligan
albums de photos

Avatar de l’utilisateur
JPD
 
Messages: 1620
Inscription: Mer 7 Juil 2010 21:40
Localisation: Paris 18°
Oui, enfin le Concordski a surtout servi à transporter du courrier à l'intérieur de l'Urss ! :p

Avatar de l’utilisateur
Gilligan
Modérateur
 
Messages: 3573
Inscription: Mer 7 Juil 2010 22:28
Localisation: Bordeaux, France
Exact : il n'y a eu que 55 vols avec passagers ! La légende, à moins que ça ne soit vrai, dit qu'Aeroflot distribuait des boules Quieski aux occupants en raison du boucan dans la cabine...
avatar : Gilligan
albums de photos

Avatar de l’utilisateur
Asso BusParisiens
yves_de_paris
Asso BusParisiens
 
Messages: 3029
Inscription: Mer 7 Juil 2010 21:11
Localisation: Paris 19ème
Bonjour à tous,

Il y avait de quoi avoir les boules pour voyager dans le Tupolev 144 !

:lol:
Visitez ce site : http://www.parimagine.fr

Précédente

Retourner vers "Au terminus"

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 non inscrits